« Si je lâche, c’est parce que je n’aurai plus rien dans le moteur »