Vos encouragements…

Bonjour à tous.

Régulièrement, au retour des compétitions, j’aime venir jeter un coup d’oeil sur cette page pour y découvrir vos commentaires et vos encouragements.

Alors n’hésitez pas : laissez-moi un message !

Julian.

524 thoughts on “Vos encouragements…”

  1. DUCHEMIN Lucas says:

    Bonjour Julian , je m’appelle Lucas jai 11 ans je fais du vélo a Bricquebec en Normandie . Bien joué pour ton tour de France . Deux victoires et un maillot blanc à pois rouges pas mal . Je te donne mes félicitations . Lucas

  2. Henri says:

    Bravo Julian! Quel bonheur de voir votre facon de courir et votre bel état d’esprit!
    Je suis le vélo depuis que j’ai vu Hinault gagner en 1977, j’etais fan d’Hinault, je suis maintenant fan d’Alaphilippe!

  3. CLEDE says:

    salut Jullian Je suis passionné de cyclisme depuis les Hinaut ou Jalabert quelle tristesse devant ma télé ou sur le bord des routes !!Enfin on le tient ce champion tellement souhaité ..; en plus de ton panache ,de ta classe tu sais rester modeste et respectueux de tes racines . Chapeau champion surtout ne change rien . Accepte juste cette recommandation dans les descentes prend garde à toi champion on a besoin de toi pour nous faire rêver . Rendez vous en Autriche je suis sur que le maillot arc en ciel doit bien t’aller !!!

  4. Richard says:

    Mes idoles: Van Looy, puis Merckx, puis Hinault, et maintenant Julian. Enfin un vrai champion avec beaucoup de panache, il y a longtemps que l’on n’avait pas vu un tel coureur. J’attends le championnat du monde en Autriche et j’y crois beaucoup!!!! Prenez bien soin de vous et continuez à faire plaisir à tous les amateurs de cyclisme. Merci et bravo

  5. didier36 says:

    Bravo Julian merci pour le spectacle que tu donne.

  6. GM une fan bourbonnaise says:

    Bonjour Julian, vous êtes en vacances bien méritées mais quelles seront vos prochaines courses Merci

  7. jean pierre says:

    Plus de 65 ans de passion pour le sport cycliste …J’ai appris à lire en partie en déchiffrant les noms et classements des coureurs du Tour et de Paris-Roubaix . Chauvin, j’ai adoré Robic ,Anquetil , Bobet et Poupou…puis j’ai attendu ( longtemps) Hinaut pour m’enflammer à nouveau …un peu Thévenet, Virenque, beaucoup Jaja …et nouvelle eclipse avant PInot, Gallopin et Bardet …et enfin , en 2013/14 , je coche votre nom avec pour commentaire : « gagnera des grands tours et des grandes classiques » …C’est tout le mal que je vous souhaite et j’espère vibrer encore longtemps pour le vélo , en grande partie grâce à vous et quelques autres coureurs de votre trempe . Bravooooo !

  8. Valérie says:

    Julian vous êtes aussi fort la nuit que le jour vu votre victoire de samedi au critérium de Dun-Le-Palestel…
    Cet été 2018 est merveilleux, que de victoires !
    Prenez bien soin de vous car la saison n’est pas finie et de nouveaux défis vous attendent en septembre.
    Talentueux et généreux Julian, merci d’avoir illuminé juillet et août !

  9. nathalie rousselot says:

    tu es vraiement formidable a cote de tes performances superbes tu es souriant agreable trop simpa merci beaucoup reste comme bonne chance

  10. Sainquantin says:

    Bonjour, je m’appelle Clément.
    Je t’ai vue a l’étape de bagnieres et tu mas complètement transcendé et fait naître une révélation. Du coup je me suis lancé dans le vélo et c’est terriblement bien.
    Merci de me et nous faire rêver merci.
    Bonne continuation et continue de nous faire rêver.

  11. Rondier Laurence says:

    Merci Julian pour votre gentillesse lors du critérium de Castillon la Bataille où j’ai pu enfin vous voir et vous approcher, merci pour la dédicace et le petit selfie, j’ai pu faire de belles photos, vous êtes mon chouchou depuis 3 ans et je suis votre progression, un grand champion déjà et c’est pas fini. Merci pour tout le bonheur que vous nous donnez, votre sourire, votre joie de vivre et d’aimer ce sport si dur ( cycliste moi même ) et de le pratiquer aussi bien et nous donner des frissons à chaque exploit, bon repos et je vous souhaite une très bonne fin de saison avec toute la réussite possible.

  12. JFB says:

    Et voilà la seconde ! (voir le commentaire précédent pour comprendre)

    (Extait de chronique 2)
    Mardi 24 juillet 2018 – Carcassonne/Bagnères-de-Luchon
    Symphonie en pois majeurs

    Après le chef-d’œuvre du Grand Bonnand, celui de Bagnères. Et toujours le même virtuose à la baguette et au guidon ! On parlait d’un cyclisme qui avait trouvé son petit Mozart, celui-ci a réitéré. À l’éclatant concerto des Alpes a succédé la symphonie pyrénéenne en pois majeurs. On ne peut affirmer que s’il est un coureur sur le Tour, il s’appelle Alaphilippe ; car du premier au dernier (sacré Lawson Craddock!), pas un qui ne soit pas coureur. Mais il faut reconnaître que l’Alaphilippe en question sort drôlement de l’ordinaire.
    Le côté chien fou, la fleur toujours au fusil ou au braquet, la joie de la course. Car si le fougueux Alaphilippe a su mettre de l’eau dans son vin et sur ses pois, et sait maintenant maîtriser un peu plus son côté chien fou, cela ne l’a pas fait rentrer dans le rang et tomber dans la léthargie de la tactique. Bien au contraire, il peut à présent donner la pleine mesure de ses qualités et concrétiser. Parachever. Sa science de la course entre Carcassonne et Bagnères fut remarquable. Sans doute parti à l’avant pour glaner des points et des pois, il a su au fil des kilomètres faire évoluer sa stratégie et ses ambitions. Lui le généreux a su se planquer, a su accélérer au bon moment, a su se projeter à l’avant à temps (contrairement à Mende) et venir cueillir le malheureux Adam Yates sur le goudron d’un virage. Pas dit encore que sans cette chute, il n’aurait pas réglé son compte au Britannique d’une autre manière…
    Déjà devant avec Barguil et Impey dans la côte de Pamiers afin de gratter un petit point au nez et à la grimace sans barbe du Breton, puis parti avec le bon et gros coup de quarante-sept coureurs en traversant le pays cathare, nul doute que son souhait était de batailler dans le Portet d’Aspet voire dans le col de Menté (si les jambes répondaient) pour le classement du Meilleur Grimpeur. À l’heure où la culture de la gagne a donné naissance à l’esprit de calcul, voilà un coureur qui sait faire la course et surtout avec la course. Pas de plan prédéfini, pas de grande tactique préétablie. Une route, des coureurs, du feeling.
    Si son copain Gilbert lui vola la vedette au sommet du premier col (et dans la descente aussi en effectuant une périlleuse embardée par dessus un parapet qui finit en cabriole dans un ravin, et ceci non loin du lieu où Casartelli trouva la mort sur un bout de goudron), Alaphilippe reprit les rênes dès le col de Menté. Il sut ne pas répondre aux attaques et faire sa montée. Passant en tête au sommet, la journée était déjà gagnée puisque Barguil avait doublement lâché prise : pour l’étape et pour le maillot à pois. Mais Alaphilippe n’est pas un gagne-petit : il ne se contente pas du minimum, il ne remplit pas des objectifs. Il s’amuse. Et il restait encore de quoi s’amuser. Dans la vallée d’Arlos et au pied du Portillon, dix-sept coureurs s’étaient regroupés pour jouer la gagne. Voilà un beau terrain de jeu ! Dans le col, les attaques fusèrent, un peu à toi à moi. Quand Adam Yates passa à l’offensive à trois kilomètres du sommet , on savait que ce coup-ci, c’était su sérieux. Quand on vit qu’Alaphilippe ne réagit pas, on se dit qu’il devait avoir les jambes qui piquent et qu’il était court. Quand il partit enfin à huit cents mètres du haut, on se dit que c’était peut-être trop tard… Qu’il fallait recoller au British avant le sommet… Ce qu’il ne fit pas. Mais il restait la descente. Et on savait que le maître des pois était aussi le virtuose de la descente. Mozart est bon partout. Et Yates le savait tout comme nous et, forçant l’allure au-delà de ses capacités de descendeur, dans une épingle à gauche, badaboum ! Alaphilippe sortit de l’épingle juste au moment où Yates, cuissard et coude râpés, se relançait. Bye, bye, Adam ! Le fou virevoltant à pois s’engouffra vers Bagnères à toute berzingue et, bien sûr, personne ne le revit, sauf sur le podium. Lui ne commit pas d’erreur sans pourtant lever le pied de la pédale. Quand on s’amuse, on s’amuse pour de bon !
    Ainsi le petit génie de la Quick-Step dut sûrement changer de stratégie trois ou quatre fois dans la journée. Preuve qu’il n’y a pas de stratégie gagnante définie ou définitive (sauf quand on est la Sky, qu’on est sept ou huit pour tout écraser et que les concurrents se prêtent volontiers au syndrome du perdant) mais seulement une possible intelligence de course. Et si les jambes répondent, alors on atteint l’extase et le chef-d’œuvre en matière de cyclisme.
    À cette intelligence de course, il faut rajouter, et peut-être même que c’est cela qui la rend possible, une joie d’être là et d’en découdre à coups de 36X23 ou de 11 dents. C’est ce qui manque le plus à ce Tour et au cyclisme formaté : la joie qui entraîne l’audace, le véritable exploit et le retour de l’épique. Ce dont justement, sur chaque course, Alaphilippe fait preuve et ce qui lui permet à chaque moment-clé d’en remettre une couche. Rien à voir entre une victoire à la Sky, une victoire planifiée et une victoire à l’Alaphilippe. Car l’excès de planification, contrairement aux apparences, prouve un certain défaut d’intelligence. L’intelligence de course, elle se fait sur le vif. Et qui d’autre sait aussi bien courir sur le vif ? J’en vois trois ou quatre autres, pas plus : Sagan bien sûr, Nibali, Kwiatkowski qui préfère jouer les chiens de garde de Froome, le copain Gilbert auprès de qui Julian Alaphilippe a dû beaucoup apprendre…
    Courir avec la course, sur le vif, voilà la leçon donnée par le virtuose aux adeptes du calcul, aux timides de la stratégie cogitée et recogitée, aux fervents fidèles du capteur de puissance, Alaphilippe, ce n’est pas seulement la victoire, l’exploit, la manière. C’est bien plus. C’est tout ça en rigolant. Ce mec, c’est la joie qui joue sur un vélo.

  13. JFB says:

    Salut Julian,
    j’ai rédigé pour chaque étape du Tour une petite chronique. Voilà celles de tes deux victoires d’étape. Merci pour le panache et la gnaque. Sportivement.
    Et félicitations pour la Clasca San Sebastian !

    (Extrait de chronique du Tour)
    Mardi 17 juillet 2018 – Annecy/Le Grand Bonnand
    Casque d’or

    Comme nous le disions avant-hier, le cyclisme a besoin des éléments pour être ce qu’il est : épique. Des éléments, nous en avions. Pas du genre pavés mais plutôt monts et vaux. Qu’on en juge : col de la Croix Fry, plateau des Glières, col de Romme et de la Colmbière. Mais pour avoir de l’épique, il faut aussi des hommes. Et nous en avions un : Julian Alaphilippe. Parti à l’avant dès les premiers kilomètres, faisant feu de tout pignon pour se glisser dans la bonne échappée, le jeune Bourbonnais survola les débats et les cimes.
    Dès le sommet du plateau des Glières, sur le petit chemin de terre qui donnait au Tour des allures faussement rétro, Alaphilippe égrenait ses compagnons d’échappée comme un Petit Poucet ses miettes de pain. Mais pas pour retrouver son chemin plus tard, par simple jeu. Il musardait autour de l’herbe fraîche et des edelweiss étonnées, il gambadait, il voltigeait entre les foules, promenant son casque jaune reconnaissable à l’avant-garde, tandis que les autres avaient non pas le nez dans les étoiles mais dans le guidon.
    On se disait : « tiens donc, voilà encore qu’il en fait des caisses, qu’il ne gère pas ses efforts et qu’il risque de payer ça comptant dans la dernière ascension ». Dans l’avant-dernière, le col de Romme, sans attaquer, en force pure, à la pédale comme on dit, Alaphilippe épuisa toute la troupe. Gaudu le suivit un peu, il le décrocha. Il reprit Ran Taaramäe qui s’était propulsé en tête un peu plus et le décrocha au sommet. Il l’attendit un peu et le décrocha définitivement dans la descente. Alors on ne vit plus que lui, un chevalier bleu avec un casque d’or.
    Descentes, montées, Colombière et Grand Bonnand, tout n’apparut lors que comme une formalité. Formalité uniquement pour les apparences du spectateur car sur la route cette formalité-ci n’a qu’une explication, qu’un seul mot : la classe.
    On le savait déjà, Alaphilippe est un coureur hors norme. Le seul qui puisse rivaliser avec Sagan aujourd’hui et ceci aussi bien sur la route que dans l’esprit. À l’époque des oreillettes, des petits calculs, des secondes volées à coups de gains marginaux, à l’époque des préparations millimétrées, des stratégies chirurgicales et des écarts minima, ces deux-là font la paire pour rappeler que la vie est jeu. Car Alaphilippe joue. Dans les bosses, dans les arrivées, dans les descentes. Ce mec est l’incarnation de ce que le vélo ne devrait jamais cesser d’être.
    Hier la partition était parfaite et on parlera maintenant du chef-d’œuvre du Grand Bonnand comme on peut parler de la Vénus de Milo ou de la Chevauchée des Walkyries de Wagner. Le cyclisme a retrouvé un petit Mozart.

  14. Michel THOMAS says:

    Bonjour Julian,
    J’ai bientôt 70 ans et pratique régulièrement le vélo depuis 40 ans ! J’ai attendu longtemps après les époques Hinault et Jalabert mais tu (collègue cycliste oblige !) as attiré mon attention depuis tes premières victoires obtenues de façon si particulières… Un peu de repos te fera beaucoup de bien après l’agitation des critériums et bonne préparation pour les prochains championnats du monde en attendant la prochaine sélection. Je suis fier que tu valorises le cyclisme qui en a bien besoin et suis maintenant tes résultats au jour le jour ! BONNE CONTINUATION & A BIENTÔT au hasard d’un critérium, d’une retransmission TV ou autre course bien ciblée comme tu sais le faire !… Michel.

  15. Jean Claude DORDONNAT says:

    Bravo Julian,

    Notre ancêtre commun (Fiacre Alaphilippe 1649-1726) doit être fier de vous. Tous mes vœux pour la suite de cette carrière plus que prometteuse.

  16. a.aufiero3@gmail.com says:

    Buongiorno una cortesia sono un fan di alab mi puoi dare le misure le bici e tutte le misure

  17. Paco09 says:

    8ème victoire de l’année ……Après ce tour du à passé un cap ….
    Et peut-être ce dimanche , la 9ème ….
    UN RÉGAL …..

  18. Valérie says:

    Magnifique victoire à San Sébastian, ce début du mos d’août est dans la lignée de juillet, que du bonheur !
    Des moments à savourer qui vous propulsent parmi les plus forts et concrétisent tous vos rêves.
    On vous aime et on continuera à vous suivre devant notre écran ou à vous encourager au bord de la route.
    Mille bravos cher Julian !

  19. samuel petelet says:

    Tes le meilleur Julien continue à travailler et tu deviendra un des meilleurs, bien meilleurs que tu ne l’ai déjà.
    Tu rend hommage au français qui aime le vélo à chaque victoire

  20. DUMAS David says:

    Salut Julian
    Bravo pour ta victoire sur la Course de San Sebastian course mythique aussi importante que le Tour de France !!
    Beau résumé de ta prestation à la télévision !
    J ai su que tu participerai au Critérium de Castillon La Bataille donc bonne chance pour ce prochain challenge !
    A bientôt !

  21. Brigitte MARIANI says:

    bonjour,
    et bien depuis votre magnifique prestation sur le tour de France, je n’ai plus de mots pour vous exprimer mon admiration!
    1 Grand BRAVO à VOUS! Espère vous croiser dans votre ville de coeur Montluçon! signé: Brigitte 1 fervente admiratrice de Viplaix (03)!

  22. Hervé AUBERT says:

    Punaise Julian ! Quelle année et j’ai sauté de joie devant ma téloche ………..Bravo bravo bravo Julian ……..Les mots me manquent pour définir mon bonheur et vous le méritez amplement ! Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii et Bises de Roanne

  23. GM une fan bourbonnaise says:

    encore mille bravo pour le criterium de San Sebastian, dommage qu’on ne peut pas vous voir à la télé

  24. Desbois-Sicat Aurélien says:

    Bonjour ! Je m’appelle Aurélien, j’ai 11 ans, je fais du vélo en club au W-CRES CYCLING ; j’aimerais beaucoup avoir un autographe de toi, parce que tu es mon coureur préféré ! J’ai mis une photo de moi et un dessin pour toi sur le site de Quick Step. Et mon petit frère a aussi eu envie de t’en faire un du coup ! Mon adresse : Aurélien DESBOIS-SICAT, 11 rue de la Manade, 34070 Montpellier, France. Merci beaucoup !

  25. GM une fan bourbonnaise says:

    Bonjour Julian, encore une fois bravo pour le tour de France. Vous gagnez aussi les criterium, je vous admire…
    Toutefois vous semblez amaigri sur les video, attention à votre santé….bonne chance pour la suite des criterium

Laisser un commentaire